Jean Jacquinot

1944. Je suis né le 5 mai à Aulnay-sous-Bois au bord du canal de l’Ourcq où j’ai grandi. À me sauver régulièrement de l’école avant l’heure de la cloche, je ne sortirai jamais d’aucune.
1970. Les années Prévert. Je fixe une girelle sur ma table et bourre le poêle jusqu’à la gueule. « Le bonheur est dans le grès , cours-y vite il va passer ! »
2019. Grès tour et four à bois. Dans le village où je vis c’est ­toujours la même école : la terre conduit mes doigts, le feu conduit l’émail, je refends le bois et j’aime les gens. La relation humaine trouve dans la poterie un modèle qui convient à l’intime de soi, des autres, en commerce avec la nature. J’aime la terre pour ses dons d’écoute et de mémoire pour ses fatigues aussi, le poids de son sommeil et son odeur mouillée. Je l’aime en bourgeon sur le tour, prête à faire son numéro de cirque : le double pot périlleux. J’aime l’aspirer sous mes doigts, la spiraler dans sa course, calmer le jeu de l’insolence et la remettre à l’axe, au fouet de monsieur Loyal, terminer sur un tour de piste et féliciter ­l’artiste. C’est un pot ! Comment ­l’appellerons-nous ? S’il est simple dans sa forme, et modeste dans sa fonction, c’est un bon pot.
La cuisson qui durcit la terre caresse des désirs d’éternité et ­pendant ce temps-là, dans la chambre du four c’est Carnaval ! Puis, la petite fabrique de soleil ayant distribué ses étoiles, la fournée attend patiemment l’heure de la sortie. C’est chaque fois la même chose, j’ai beau les y conduire par la main, j’ai toujours peur de ne pas reconnaître mes pots quand ils sortent du four.

jjacquinot-portrait-au-four

Jean Jacquinot

Contact

Les Petits
18250 Neuilly en Sancerre

02 48 79 46 22

jeanjacquinot68@gmail.com