Tribunes libres

Dans le cadre de la 3e conférence européenne  des cuissons au bois l’Association Céramique La Borne, structure organisatrice  propose une  tribune  libre  permettant à des intervenants de présenter leurs activités et leurs créations, leurs expériences… autours de la cuisson au bois.

Programme des tribunes libres :

Lundi 27 août 14h30 15h en anglais
Nikolaus Steindlmüller :
Nikolaus Steindlmüller est un céramiste allemand. Il habite près du lac Chiemsee et a étudié à Munich.Membre de l’AIC, il a construit son premier four à bois (style Bizen) après un séjour au Japon en 1985 puis un Anagama en 2014. Il a fait beaucoup de recherches dans des argiles régionales et internationales, email et vitrification.
La cuisson au bois dans le four Anagama est comme l’argile un élément constitutif du travail artistique

 

Lundi 27 août 16h00 – 16h30 en français
Eric Astoul : Un parcours en images des préoccupations de formes et de cuissons au bois : depuis la construction du four à bois thaïlandais de 7 m3 « Anagama » par Laurent Terreyre, atelier Astoul, au lieu-dit « Le Champ du Lac » en 1982 jusqu’aux pièces les plus récentes.

Eric Astoul est né en 1954. Après s’être formé sans différents ateliers, il découvre à La Borne l’attrait de la terre à grès et la cuisson au bois. Il s’installe à La Borne en 1982 et entreprend une recherche d’expression à travers des volumes tournés, déterminés par l’idée du contenant. Au fil des cuissons et des expositions, son expression semble détourner le pot de sa forme originelle. Il recherche l’harmonie entre la forme et son épiderme minéral. La coloration et les matières des pièces sont données par la conduite des cuissons au four à bois à 1300°, longues de 5 à 6 jours dans son grand four couché à flamme direct. Eric présentera les deux films portant sur son travail et ses cuissons et échangera avec le public.

 

 

Mardi 28 août 10h – 10h30 en français
Christophe Lemarchand  : Histoire des fours à La Borne.

 

Mardi 28 août 10h45 – 11h15 en anglais
«Gwyn Hanssen, the french years» par Coll Minogue

Coll Minogue est le coéditeur de The Log Book, le journal international de la céramique cuite au bois, qu’elle a fondé avec son mari Robert Sanderson en 2000.

Elle a été une potière professionnelle de 1982 à 2000 ayant précédemment enseigné la céramique en 3eme cycle. En 1985 elle installe un atelier à Perthshire, en Écosse, conçoit et construit un four de type de Bourry-box. Sa production comprenait des pots de grès utilitaires cuits au bois et  des formes sculpturales.
Elle a animé des workshops et fait des conférences dans le monde entier et est l’auteur de nombreux livres sur la céramique.

Coll est un membre de fondateur de l’Association de Rédacteurs de Magazine Céramique Internationale (ICMEA), en 2004.

Coll a fait des recherches les différents aspects de la cuisson au bois – historique, traditionnel et contemporain depuis 1989. Un domaine de recherche a particulièrement attiré son attention :  celui des premières femmes ayant pratiqué la cuisson céramique au bois – les pionnières au vingtième siècle.
C’est dans ce contexte que Coll propose de discuter du travail de la potière australienne Gwyn Hanssen Pigott (1935-2013) qui a commencé la cuisson au bois dans les années 1950 et a passé environ sept ans dans un studio à Achères, non loin de La Borne, du milieu des années 1960 jusqu’au début des années 1970. Coll a participé à sa dernière cuisson, dans son atelier dans le Queensland, en Australie, en mai 2013.
Sur un niveau international Hanssen Pigott est reputée pour ses nature morte, inspiré par le travail du peintre italien Giorgio Morandi (1890-1964), qu’elle a créés pendant les vingt-cinq dernières années de sa carrière.

 

Mardi 28 août 11h30-12h00 en français
Emile Desmedt et Ludovic Recchia

Au milieu des année 1990, le céramiste-sculpteur belge Emile Desmedt est confronté à la difficulté de cuire des pièces de grandes dimensions.

Il décide de concevoir des fours en fonction de ses envies et non l’inverse. C’est alors qu’il décide de réaliser ses premières grandes pièces cuites au bois. Les premières disparaissent. Par contre, en 2006 et en 2015, il mène des expérimentations particulièrement remarquables qui se concluent par la réalisation de fours-sculptures monumentaux. Le premier est toujours visible sur le site des fours à chaux de Chercq près de Tournai, le deuxième, à Keramis – Centre de la Céramique à La Louvière. Ces sculptures ont été cuites au bois. Contrairement à de nombreuses expérimentations de ce type qui donnent des résultats aléatoires, éphémères et rarement intéressants d’un point de vue esthétique, Emile Desmedt a mis au point une technique permettant la fabrication de pièces « parfaites » et pérennes puisqu’il atteint les hautes  températures  pendant une période prolongée. Un court exposé sur l’artiste et la diffusion d’un court métrage en fera la présentation. En présence de l’artiste.

 

Mardi 28 août 14h30 – 15h00 en anglais
Frederick Olsen : « Technique de moulage pour la conception de fours de formes atypiques »

Frederick Olsen est un céramiste californien qui a étudié les Beaux-arts à l’Université de Californie du Sud avant d’intégrer l’Université des Beaux-arts de Kyoto en 1961.

Passionné par l’architecture des fours céramique, il les a étudiés et en a construit tout autour du monde. En 2015 il construit le « four OLSEN » du Centre céramique contemporaine La Borne qui depuis a été reproduit dans plusieurs ateliers à La Borne.

Frederick Olsen présentera la technique du moulage appliquée à la conception de fours de formes atypiques qui seraient très difficile à construire à l’aide de briques. Il compare le coût et le temps passé entre une construction classique et une construction par moulage ainsi que la durabilité de voutes construites par l’une et l’autre des techniques. Les exemples concernent de petits comme de très grands fours.

 

Mardi 28 août 15h15 – 15h45 en anglais
Julia Nema

Julia Nema  céramiste à Budapest est  l’auteur du livre : « Fired Up Hight » : Approche de la céramique cuite au bois (2013), le premier et le seul livre sur la céramique au feu de bois en Hongrie. Son atelier est le seul atelier de céramique dans son pays utilisant la haute température,  dans un four à bois pour une production régulière.

Elle parlera de la façon dont elle a découvert des liens d’inspiration entre son expérience principalement européenne et l’esthétique  naturelle, directe, ancestrale de  la cuisson au bois. Elle a trouvé une analogie fondamentale entre photogramme, la forme la plus élémentaire de la photographie, et la céramique cuite à haute température au bois.  Image, surface, modèle et objet sont créés par les effets du feu de bois que Julia Nema appel  « pyrogramme ». Dans ses œuvres sculpturales, la  porcelaine cuite au bois  semble comme travaillée dans une chambre noire,  développant des  images en trois dimensions sur la céramique sensibles au feu.

 

Mardi 28 août 16h – 16h30 en anglais
Ben Richardson  : “ la révolution est sur la table” ou comment l’Art de la Table dans les restaurants  peut aider à une reconnaissance et un attrait pour la céramique cuite au bois.

Ben Richardson est né en 1951 à Hobart, en Tasmanie.  Après des études dans le commerce, il étudie la céramique de 1978 à 1981 à l’Ecole d’Art de Hobart puis effectue un master en Art, Design et Environnement en 2004.

Il a étudié la construction des fours et les techniques de cuisson au  bois  au Japon et a été invité à participer en 2004 aux USA à une rencontre internationale sur la cuisson au bois.

Le travail de Ben Richardson a une forte présence organique et une intégrité de forme, de surface et de texture,  après avoir été initié il y a plus de vingt ans aux techniques de la cuisson au bois par les célèbres potiers Blakebrough et Gwyn Hanssen-Pigott. Cette dernière, juste avant son départ de Tasmanie en 1980 lui a donné l’impulsion pour s’engager à travailler avec des matériaux locaux et la cuisson au bois. Il a maintenu cet engagement basé sur des matériaux indigènes en extrayant et préparant sa  propre argile et broyant ses propres matériaux de glaçures. Ce traitement constitue la base pour créer des glacis et des surfaces qui transmettent aussi bien un mode de pensée qu’un lien fort avec le lieu de fabrication.

 

Mercredi 29 août 10h00 – 10h430 en anglais
Cornelius Colliander : “Présentation d’un projet interdisciplinaire”

Cornelius Colliander MA (lettres) est  un potier – céramiste finlandais. Il s’est spécialisé dans la cuisson aux grands feux, il donne des cours et promeut la cuisson au bois parmi les céramistes de sa région.

 Le propos de la conférence est un projet interdisciplinaire entre céramistes, chercheurs et étudiants en chimie de l’université Aabo Akademi. La cuisson aux grands feux est étudiée et discutée d’un point de vue artistique et d’un point de vue scientifique. Chaque série de rencontres se termine par une cuisson. Le projet est dans sa troisième année et présente entre autre des défis et ouvertures pédagogiques intéressants.

 www.krukmakeri.fi

 

 

Mercredi 29 août 11h30 – 12h en français
Claude Aussage : « Nouveaux développements des cuissons à bois en Russie »

Claude Aussage physicien, master à INSEAD, spécialiste en construction de fours à bois, Claude a construit des fours en Russie, Géorgie, Danemark, France, Lettonie…

Animé par le partage des savoirs, les échanges, il a fondé l’Association Terra Incognita qui entre autre a permis les rencontres Franco-Russe lors des Grands Feux à La Borne en automne 2017.

Son travail céramique est surtout connu par ses pèlerins en grès réalisés dans différents ateliers, au gré de ses voyages sur tous les continents.

La cuisson en four à bois existait traditionnellement en Russie et récemment encore, certains artistes utilisaient des fours à bois basse température (1200° max). Depuis 2011, Claude est intervenu dans de nouveaux projets qui ont vu le jour avec la construction de fours haute température offrant de nouveaux horizons aux artistes locaux et étrangers.

 

Mercredi 29 août 14h30 – 15hen anglais

Michal Puszczynski : «Cuisson au bois en Pologne»

La présentation portera sur la cuisson au bois contemporaine en Pologne, les fours et les techniques ainsi que les travaux de céramistes polonais et internationaux réalisés et cuits à l’occasion de rencontres et de workshop en Pologne. Au cours des 20 dernières années Michal, grâce à ses expériences internationales est devenu une référence de la cuisson au bois en Pologne et a transmis une philosophie de la technique, parfois imprévisible de la cuisson au bois. En 2006, il construit un grand four Tongkama au département Céramique de l’ Academy of Arts & Design à Wroclaw, en  Pologne. Le programme de formation sur la cuisson au bois est le seul disponible chaque année en Pologne et en Europe oriental. Il y a quatre an, le ministère polonais de la science a attribuer des subventions de recherches à la technique de la cuisson au bois.

 

Michal Puszczynski  PhD (1976) céramiste et sculpteur polonais , professeur associé et membre de la faculté de céramique  The Eugeniusz Geppert Academy of Art and Design à  Wrocław et coordinateur du programme de résidence. Il crée des sculptures et installations, essentiellement en argile et autres matériaux céramiques. Constructeur et pilote du four Tongkama ; Puszczynski a été le premier à introduire les techniques orientales de cuisson au bois de la céramique  en Pologne. Il a participé à de nombreuse exposition projets artistiques  et conférences en Europe, Asie et  en Amérique du nord.

Mercredi 29 août 15h15 – 15h45 en anglais
Allen Broc : « Alors, vous souhaitez construire un four à bois ? » ce que vous pensez, et croyez savoir sur la cuisson au bois.

Allen Broc est un céramiste cuisant au bois dans les forêts du nord du Wisconsin. Il cuit un four Anagama de 14 m3 qu’il a construit il y a une dizaine d’années. La cuisson dure de 100 à 120 heures et consomme 58 stères de bois. Allen a récemment eu l’opportunité de voyager en Russie et Biélorussie pour des symposiums et a pu échanger avec de nombreux artistes. Il ira au Japon en novembre prochain.

Allen Broc a présenté une analyse de l’influence de l’Asie sur les ateliers de céramique aux USA après 1950 ainsi qu’une présentation sur le travail de Peter Voulkos. Il prépare actuellement une présentation sur Don Reitz et Paul Soldner.

 

Mercredi 29 août 16h – 16h30 en français

Patricia Cassone :

Grande voyageuse éprise de liberté, Patricia Cassone a 30 ans de métier. Trente ans de rencontres et d’amitiés, de recherches et d’expositions de par le monde, les mains dans la terre, l’œil sur le feu de son four anagama, construit à La Valette près de Limoges, avec Shozo Michikawa, l’esprit irrésistiblement appelé par la nature et l’Asie, source d’inspiration pour son double travail : sculpture et art des thés (Japon, Corée, Chine). Elle cuit simultanément en anagama yakishime porcelaines et grès et des shinos.

 

Jeudi 30 août 10h – 10h30 en français
Esther Martinez et François Lerat  : « Les cuissons au bois au service de l’art moderne chez Jacqueline et Jean Lerat »

Jean-François Lerat est né à La Borne en 1946, village auquel il est resté profondément attaché. Après une formation d’ingénieur forestier, sa carrière s’est poursuivie pour le développement de la filière bois et la protection de la nature. Il soutient particulièrement les céramistes qui cuisent à haute température. Il a entrepris la rédaction du catalogue raisonné de l’œuvre de Jacqueline et Jean Lerat qui toute leur vie ont utilisé les argiles de La Borne cuites au bois.

Après des études d’histoire de l’art et de philosophie en Espagne, Esther Martinez enseigne à l’université du Havre en France. Elle se découvre une passion pour la construction à l’École d’Architecture de Normandie. Après sa rencontre en 2000 avec la céramiste Jacqueline Lerat,  elle met ses compétences en matière de communication au service de la nature et de la céramique. Elle a été une des initiatrices de l’année JJLERAT 2018.

L’œuvre de Jacqueline et Jean Lerat s’est développée en s’appuyant sur un four à bois innovant construit à La Borne pour Paul Beyer sur des plans de la manufacture de Sèvres. La maîtrise des cuissons au bois acquise par Jean Lerat a permis d’innover dans les matériaux et les matières. La présentation s’appuiera sur l’évolution d’une sélection d’œuvres. En particulier l’accent sur l’effet des flammes sur les terres chamottées rehaussées d’oxydes. La cuisson au bois apporte des plus aux démarches de recherches liées à la sculpture moderne.

 

Jeudi 30 août 10h45 – 11h15 en anglais
Mary Ann Steggles       

Mary Ann Steggles est professeur d’histoire de la céramique et de la céramique à l’École d’art, Université du Manitoba, Winnipeg. A côté de son enseignement, elle recherche et écrit sur l’histoire de la céramique contemporaine cuite au bois au Canada pour diverses revues de céramique. Elle travaille sur un projet de recherche sur l’invisibilité des femmes céramistes et leur marginalisation, comme celui de la céramique dans le monde de l’art contemporain.

Son intervention se concentrera sur la marginalisation des femmes dans le monde de la cuisson au bois de la céramique. Au Japon, les femmes ne sont pas autorisées à cuire les grands fours à bois. Au Canada, le monde de la cuisson au bois est dominé par un point de vue masculin. Historiquement, les hommes ont été les seuls artistes à cuire au feu de bois, leurs histoires sont prédominantes dans les publications. A l’université, une tentative de construire un four plus petit est controversé car mes étudiants voient au travers des yeux masculins :  un four doit être toujours plus grand, les cuissons toujours plus longues et consommatrices de bois pour obtenir la couche de cendres volantes la plus épaisse ! Pour ses étudiantes, il est temps qu’elles puissent prendre exemple sur des femmes céramistes qui cuisent au bois. Quelles sont les expériences de ces femmes ? Comment pouvons-nous créer une esthétique qui contrebalance le point de vue masculin de la cuisson au bois ?

 

Jeudi 30 août 11h30 – 12h en français
François Lerat : ” Le bois une opportunité locale et renouvelable”.
Le bois à La Borne est une ressource exceptionnelle. Les essences forestières, la gestion des forêts, la ressource disponible seront confrontées aux besoins des céramistes. Des éléments historiques qui ont marqué le village seront évoqués.

Kerstin Thomas 30.08 16h00-16h30  en anglais

Cuisson au bois au Portugal : le travail de Renato Costa e Silva des Açores, céramiste cuisant au bois depuis plus de 40 ans et Cerdeira Art&Craft, résidence d’artistes avec un focus sur la céramique où fut construit le four sans fumée “Sasukenei” avec Masakazu Kusakabe en  2015 et qui depuis a été un lieu de travail pour les artistes sur ce type de four.

 

 

Les interventions orales dureront une vingtaine de minutes et seront suivies de dix minutes de débat avec les auditeurs.
Supports photos et vidéo complèteront les interventions.

Les propositions de sujet doivent être communiquées sous forme d’une page maximum par mail à :

sdampierre@gmail.com

Sélection et programmation sont réalisées par le comité d’organisation qui informe les candidats.